MENU

Show contents for

Nouvelle étude: les défis des jeunes en zones arides mis en lumiere

Two girls drinking water in Morocco. Photo Credit: A. Yahyaoui/CIMMYT

par Courtney Paisley et Karin Reinprecht

Un jeune sur cinq, ou 125 millions de jeunes, ont un travail mais vivent dans une extrême pauvreté (avec moins de 1$US/jour). 70 pour cent des (jeunes) pauvres dans le monde vivent en milieu rural avec l’agriculture comme principale source de revenu et d’emploi. Les jeunes représentent plus de 40% du chômage mondial en 2013.

Une nouvelle étude – la première de ce genre - sur « la Jeunesse et l’Agriculture dans les zones arides: Réalités, Points de vue, Aspirations et Défis de la jeunesse rurale », commanditée par le Programme de Recherche du CGIAR sur les systèmes en zones arides et YPARD: les Jeunes Professionnels pour le Développement Agricole a été récemment finalisée et ses résultats seront publiés prochainement.

L’étude a été menée dans la province de Midelt, Maroc en octobre 2015 et mai 2016. La région de Midelt est située sur un plateau de 1500 mètres de haut à l'abri de la pluie dans les montagnes de la partie nord du Maroc, où les jeunes ruraux représentent la majorité de la population de Midelt.

L'étude vise à fournir une analyse diagnostique des choix et des options des moyens de subsistance des jeunes vivant dans les zones arides rurales, en particulier en relation avec l'agriculture et la migration. L'équipe de recherche - guidée par l'Université de Berne des sciences appliquées; École de l'agriculture, des forêts et des sciences alimentaires (HAFL), avec la contribution de l'Institut Royal des Tropiques (KIT) - a cherché à enquêter sur les réalités, les perspectives, les aspirations, les défis et les opportunités des jeunes ruraux sur le site d'étude sélectionné et dans les trois systèmes agricoles de subsistance (SLA) des zones sèches, à savoir irrigués», «pluviale» et «pastorale».

L'étude permet une meilleure compréhension des principaux problèmes auxquels font face les jeunes dans les zones arides rurales, afin que des interventions programmatiques appropriées puissent être identifiées, dans le but ultime d’engager les jeunes dans le développement de leur avenir dans l'agriculture. Sur la base de ces informations, différentes options sont discutées, pour améliorer les conditions de vie des jeunes dans la région étudiée. Lorsque les chercheurs ont demandé aux jeunes femmes et hommes interrogés, de dessiner le « village de leurs rêves », ils se sont concentrés sur les bonnes infrastructures telles que des écoles, des puits et de meilleures routes, ce qui leur permettrait de mener une vie plus confortable, de construire leurs propres familles et de gagner leur vie en tant qu’agriculteur, plutôt que de courir vers l’ « emploi de leur rêve » hors de l'agriculture et des zones rurales.

Les jeunes femmes et les hommes aspirent à être éduqués, avoir une famille, et améliorer leurs activités agricoles par le biais de la possession des terres, l’accès aux formations, et l'établissement d'une production plus orientée vers les marchés. La majorité des jeunes interrogés ont dit qu'ils désiraient rester et mener une vie décente dans leurs villages et leurs communautés d’origine. Cela remet en question le récit qui prévaut et dans lequel il est supposé que les jeunes désirent migrer hors des zones rurales.

Les niveaux élevés d'analphabétisme suggèrent qu’il est impératif que les interventions s'adaptent aux aptitudes et compétences disponibles localement plutôt que d’utiliser des approches appliquées au travail avec des jeunes plus instruits. Un autre aspect important de la recherche sur les systèmes des zones arides : sur les questions de genre, les conditions de travail et la migration dans le cadre des systèmes des zones arides s’ajoute à cela avec la recommandation que l'attention soit accordée aux conditions de vie et de travail (écart des salaires entre les sexes, la protection sociale, et de la sécurité d'occupation), lors des interventions, pour créer des emplois dans le secteur agricole.

En utilisant une combinaison de méthodes de recherche participative, qualitative et quantitative, les données ont été recueillies par le biais de 106 entretiens en profondeur avec des jeunes du milieu rural. L'étude a appliqué une méthode d'échantillonnage délibérée pour cibler les jeunes. En outre, les Groupes de Discussions Ciblées (FGD) utilisant une méthode de dessin participatif du « village de leurs rêves », et des entretiens avec des informateurs clés avec une gamme de différentes parties prenantes ont été réalisées. Quelques courtes vidéos d'entretiens avec des jeunes ruraux ont été enregistrées. Un atelier final multipartite a été organisé le mois dernier pour présenter et discuter les résultats, ainsi que la voie à suivre.

Visionnez la video sur les réalités, les aspirations et les défis des jeunes dans les zones rurales arides.

Notes

Le blog décrit le rapport complet sur : Jeunesse et Agriculture en zones arides – Réalités, Points de vue, Aspirations and Défis des jeunes ruraux. Pour recevoir une copie du rapport s’il vous plait contactez: Alessandra Giuliani à alessandra.giuliani@bfh.ch

Equipe de Recherche : Alessandra Giuliani (HAFL), Sebastian Mengel (HAFL), Courtney Paisley (YPARD), Nicole Perkins (Planet-H2O), Ingrid Flink (KIT), Oliver Oliveros (Agropolis Foundation), Mariana Wongtschowski (KIT).

Remerciements : Karin Reinprecht (Programme de Recherche du CGIAR sur les systèmes dans les zones arides) pour conseil et le partenaire local ‘Association Al Amal’ Midelt : Aomar Melkaoui, Ben Youssef Aït Daoud, Abdelatif Abdelaali, Abdellatif Ouzougagh, Mohamed Ouled Cherif, Malika Chkirni.

Références

  • Journée des compétences des jeunes  Nations Unies website.
  • Population reference bureau –% des jeunes de la population 2013 ; Forum mondial de l’economie, 2013
  • Lien vers l’article du journal de Dina Najjar et al.

Photo Crédit : A. Yahyaoui/CIMMYT – Deux filles buvant de l’eau au Maroc.

Contribution originellement postée sur le site web du Programme de recherche sur les zones aridesdu CGIAR (en anglais) : New study sheds light on youth issues in drylands