MENU

Language

Show contents for

Café d’entrepreneuriat d’YPARD RDC

En date du samedi 24 mars 2018, La Maison des Jeunes de Masina, a abrité une journée spéciale pour 35 jeunes venus de la capitale Kinshasa, tous membres d’YPARD RDC, pour échanger, partager et discuter sur l’entrepreneuriat selon les réalités congolaises. Trois jeunes entrepreneurs dont deux membres d’YPARD RDC Virginie Batina et Arnold Bulungu et un invité Platini Ndayi, ont tous et à tour de rôle, .partagé leurs expériences comme #success_story dans le contexte congolais.

Virginie Batina, développe la culture bancaire dès ses études universitaires en nutrition et diététique.

Cette jeune congolaise de vingtaine d’années est une entrepreneure pas comme les autres. Déjà, à l’université comme étudiante, elle va développer la culture bancaire, qui, dès lors qu’elle finit ses études, 3 ans après, va constituer son capital de départ de 1800$. C’est ainsi qu’elle va entreprendre dans la vente des produits pharmaceutiques avec toutes les notions apprises à l’université comme infirmière nutritionniste. Son capital a triplé et de ce fait, a donné de l’emploi à une personne deux ans après le lancement de ses activités. Grace à sa capacité d’épargner, Virginie Batina, a développé ce talent inné. Son expérence a été solidifié par le témoignage de Shabani Grace, Chargée de Marketing de CENADEP, présent au café d’entrepreneuriat en déclarant au sortir de la réunion : « Epargner est un talent inné qui s’apprend et constitue un capital énorme pour l’entrepreneuriat. Je suis ravi d’apprendre chez Virginie ce talent ».

Arnold Bulungu ou six valeurs clés de réussite entrepreneuriales

Pour Arnold Bulungu, un jeune entrepreneur qui se distingue dans la fourniture de service, est un cas éloquent de la réussite de l’entrepreneuriat dans le contexte congolais. Si la valeur n’attend pas le nombre d’années dit-on, Arnold, 32 ans revolus l’ont prouvé. Il a commencé petit et a gagné dans la durée. En sa qualité de membre d’YPARD, il témoigné noir sur blanc, YPARD l’a beaucoup aidé dans le « coaching et l’esprit entrepreneurial ». Après la fin de son contrat avec une ONG internationale Britannique, Arnold s’est directement lancé comme "dealer " de CANAL+ où il fournit des services dans une zone à fort potentiel économique et se distingue dans la fourniture de service. Il a suivi le conseil de son ami, au lieu de rester quémandeur d’emploi, pourquoi ne pas devenir créateur d’emploi ? C’est cette parole forte qui a boosté la foi inébranlable d’Arnold de se lancer dans l’entrepreneuriat de service. Puisé dans cette réalité congolaise, Arnold Bulungu a édicté sa vision fondée sur les six valeurs clés de réussite de l’entrepreneuriat qu’il partage avec les autres jeunes qui veulent se lancer dans l’entrepreneuriat.

Platini Ndayi C’est possible d’entreprendre en RDC.

Platini Ndayi, est un jeune entrepreneur congolais sorti du néant. Il connait fort bien le rouage de l’économie informelle congolaise et a débuté dans l’informel. Son expérience éloquente corrobore avec les paroles d’Hervé Bondonga qui croit fortement : « il ne faut pas sortir de la prestigieuse université américaine d’#Harvard pour expliquer et parler de l’entrepreneuriat réussi. Le Congo-DR a plein des jeunes talents qu’il faut identifier et valoriser ». Platini Ndayi le prouve à suffisance. C’est ainsi que Bruno Mbunu, jeune camerounais participant pour la première fois à une rencontre d’YPARD RDC, a bien dit : « Platini est un modèle sucess story pour la jeunesse congolaise et africaine en matière d’entrepreneuriat réussi, sachant combinant, le choix de l’équipe, l’analyse de risque d’investissement et du contexte » dans une Afrique en perpétuelle mutation économique. » Oui, Platini a su capitaliser son potentiel et développer une vision très positive élargie pondéré d’un encadrement sur mesure.

Les trois témoignages ont été renforcés par le message de Nadège Bope, sur le #second_talent : Nadège, une experte en animation culturelle, a expliqué, aux jeunes présents au café d’entrepreneuriat, « comment ils peuvent exploiter leurs seconds au bénéfice de l’entrepreneuriat dans le contexte congolais ». En sa qualité d’animatrice culturelle, poétesse, écrivain, elle a électrisé les jeunes par le partage de son savoir-faire sur le talent. Nadège dit #D15, avec un ton humoriste et plein d’exemples glanés dans la vie courante, explique aux participants que le deuxième talent existe et est définit comme « capacités ou don inné(es) ». Mais, pour Nadège Bope, comment le découvrir et l’exploiter aux fins entrepreneuriales, telle est la deuxième paire de manche.

Plusieurs témoignages ont émaillés ce café d’entrepreneuriat dont celle de Mijosée : «YPARD RDC est un réseau plein d’avenir et d’opportunités » et quant à Ariana Eto’oline Sifa Sindani : « ça été un moment de partage d’expérience exceptionnelle. J’ai été beaucoup motivé par les intervenants ».

Le café d’entrepreneuriat d’YPARD RDC a été clôturé par le lancement en RDC, de #YesGreenEarth DRC », par Eden Mvuenga, membre d’YPARD RDC, qui dès maintenant, assurera, la Représentation pays de cette structure internationale ivoirienne.

#YesGreenEarth DRC est une ONG internationale basée à Abidjan en Côte d’Ivoire qui cherche à promouvoir les Objectifs de Développement Durable (17 ODD) en travaillant avec les jeunes dans les écoles. Pour plus des détails : www.YesGreenEarth.org

Photo credit: Aimé Kazika